Les Inondations de Décembre 2003

Pour faire rempart à la crue : des pompes hollandaises

Le Bourgidou dernier rempart d'Aigues Mortes

Les sauniers au secours de la ville:
Pour éviter que la crue inonde la ville d'Aigues-Mortes, les salins du Midi ont ouvert une brêche dans leur digue afin de dévier l'eau qui s'écoule ainsi vers la mer, inondant une partie des tables salantes.
La survie d'Aigues-Mortes vaut bien quelques sacrifices :)
Le sacrifice est moindre si l'on sait qu'en Décembre  et après deux semaines de fortes pluies , les tables sont loin d'être très salées :)

15 janvier 2003
A savoir : à Moncalm et après deux mois,
la cuvette est toujours  inondée et  les pompes sont toujours actives.
L'eau est montée à plus d'1m75 et même si elle s'est bcoup écoulée
les terrains sont toujours inondés et impraticables.
Les manades qui ont du être évacuées ne sont pas encore prêtes de revenir ...
La concentration d'eau dans cette cuvette a, il faut le signaler,
permis à Aigues-Mortes et au Grau du Roi d'échapper au pire ...

Une rue de la ville
photo prise lors de l'inondation de Sept 2002

 

 

 

 

 

Lentement mais inéxorablement , la crue consécutive à la brèche du Petit Rhône à Fourques progresse. L'eau suit son cours jusqu'à la mer par les marais inondés, menaçant Aigues-Mortes que le canal du Rhône à Sète traverse, charriant aussi trop d'eau.

Le dernier rempart pour la vieille cité, aujourd'hui, c'est le Bourgidou quie relie les é&tangs du Parc de Camargue au canl du Rhône à Sète. Si la crue le franchissait , Aigues-Mortes aurait à son tour les pieds dans l'eau. Préventivement, on prélève donc le trop plein des marais pour le rejeter dans le canal du Rhône à Sète.

Pour être à la hauteur de la tâche, quatre pompes très puissantes ont été isntallées autour de la staion du bourgidou. Elles sont arrivées samedi 6 Décembre et une cinquième est en fonction à Saint-Laurent d'Aigouze pour rejeter la crue dans le Vistre. Deux autres sont prêtes à Saint Gilles. Elles doivent rejeter 8 800 m2 à l'heure dans le canal du Rhône à Sète.

Pour l'heure au pied des remparts, les engins en place pompent respectivement 9 400 et 4 400 m2 par heure, soit 13 800 au total. Un débit que seulesles machines venues de Hollande sont en mesure d'atteindre. S'il n'est pas suffisant pour faire baisser le niveau de 'linondation en amont d'Aigues-Mortes, au moins permet-il de le stabiliser à l'approche de la cité. L'objectif semble atteint et la crainte de 'linondation a considérablement baissé d'intensité au pied de la tour de Constance.

Sur le parcours de la crue notamment autour de Gallician et Franquevaux où la dérisoire station de pompage, noyée est désormais hors d'usage, une question revient : Pourquoi aller chercher en Hollande ce que l'on pourrait avoir sur place?

Source : Midi Libre 09 Décembre 2003

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus de 200 taureaux et chevaux noyés dans le Gard.

 Plus de 150 taureaux, une cinquantaine de chevaux  camarguais ont péri noyés dans les inondations qui ont touché le département du Gard et des milliers d'autres sont en état de survie en attendant d'être nourris.

Ce premier bilan, établi lundi 08 Décembre 2003 à l'issue d'une cellule de crise à la préfecture du département, risque de s'alourdir car des milliers de taureaux et de chevaux, dont un grand nombre sont parqués sur les hauteurs du département, ne peuvent se nourrir et les secours ne peuvent les approcher. "Il n'y a aucune possibilité de nourrir tout ce bétail qui n'a pas mangé depuis mercredi. Si on ne peut pas les nourrir rapidement, il va falloir les abattre".

Deux autres secteurs agricoles du département sont très touchés par les inondations: le maraîchage et la céréaliculture (riz et blé).
Avec l'élevage, ces deux postes représentent 40 à 50% du chiffre d'affaires global de l'agriculture du Gard.Le département est le plus sinistré du Sud-Est, en termes agricoles.
"Dans le Gard, les cultures sont actuellement sous l'eau, il y a des centaines de cadavres d'animaux. On n'imagine pas le désastre pour les agriculteurs", a dit à Reuters Dominique Chardon, président de la fédération régionale (FRSEA) Languedoc-Roussillon."On parle d'Arles parce qu'il s'agit d'une agglomération mais il y a des tas de villages ruraux touchés et des centaines de personnes évacuées dans le Gard", a-t-il souligné, citant notamment les communes de Bellegarde, où une personne a péri noyée, de Beaucaire et de Saint-Gilles.

 

 

Pour en savoir plus sur

la Ville

Inondations 2002

La Visite des Remparts

Retour à l'Accueil